Les mandats de perquisition inversée  » pour que les données de Google deviennent un cauchemar en matière de protection de la vie privée

GPS Location Navigation Icon

A lire en complément : Google apporte la dactylographie vocale à KaiOS via Google Assistant

  • Les mandats de perquisition sont de plus en plus courants.
  • Le Minnesota, en particulier, a de plus en plus recours aux mandats de perquisition inversée, ce qui soulève la question de la protection de la vie privée du public.
  • Les mandats de perquisition sont des demandes adressées à Google pour des quantités parfois massives de données publiques afin d’aider à résoudre des crimes.

Au Minnesota, au moins 22 mandats de perquisition dits  » de perquisition inversée  » ont été accordés depuis août 2018. Un nouveau rapport du Nouvelles MPR plonge profondément dans la nouvelle tendance de la police à demander des mandats de perquisition inversée aux juges locaux, et comment ces mandats pourraient constituer une énorme violation de la vie privée du public.

Un mandat de perquisition normal exige un motif valable et l’approbation d’un suspect désigné. Toutefois, les mandats de perquisition inversée demandent plutôt des données relatives au grand public dans un certain secteur à un moment donné. À l’aide de ces données générales, la police cherche des indices et des anomalies et travaille à rebours à partir de là, dans l’espoir d’identifier éventuellement des suspects pour des crimes.

Lire également : 10 meilleures applications pour Android

Dans la plupart des cas, des mandats de perquisition inversée sont délivrés à Google en raison du fait que cette société possède la plus grande base de données d’informations relatives aux données de localisation par le biais des smartphones que nous transportons tous avec nous chaque jour.

Dans un cas au Minnesota, en particulier, la police a demandé un mandat de perquisition inversée en rapport avec une invasion de domicile et un cambriolage. Le juge responsable de la décision relative au mandat a pris toutes les 10 minutes pour décider d’envoyer la demande à Google. Google a ensuite fourni à la police des données anonymes sur les téléphones intelligents pour les cas suivants :

  • Chaque smartphone utilisé dans une fenêtre de six heures dans plusieurs kilomètres carrés autour de la maison du quartier.
  • Chaque smartphone utilisé dans une fenêtre de 33 heures sur plusieurs kilomètres carrés entourant une épicerie appartenant aux victimes, qui se trouve dans une zone urbaine dense.

MPR News ne divulgue pas le nombre de points de données différents que Google a fournis à la police, mais à en juger par les demandes, il s’agirait probablement de milliers ou peut-être même de plus de cent mille points de données, soit des milliers et des milliers de personnes.

Google remet des milliers de points de données de smartphones pour aider les policiers à identifier les suspects.

À partir de ces informations, la police s’est mise au travail pour tenter de déceler des anomalies dans les données. Ils ont finalement découvert qu’un téléphone intelligent en particulier se trouvait à proximité de la maison où le crime a été commis à peu près au moment où il aurait commencé. Ce téléphone intelligent s’est éloigné de la maison juste avant l’appel au 911, faisant du propriétaire du téléphone un suspect.

Étant donné que les données ont toutes été rendues anonymes par Google avant d’être transmises à la police, celle-ci a dû obtenir un autre mandat pour demander à Google de lui fournir le nom et les renseignements connexes liés à ce téléphone intelligent.

Tel qu’indiqué au début de cet article, la police du Minnesota l’a fait au moins 22 fois depuis août.

Editor’s Pick

Google essaie d’empêcher la vente privée du spectre 5GLa

C-Band Alliance – un collectif composé de quatre sociétés de satellites – essaie de vendre une partie de son spectre sans fil, qui pourrait être utilisé pour les connexions 5G. Cependant, l’Alliance de la bande C est à la recherche…

Il est facile de voir à quel point il s’agit d’un cauchemar de protection de la vie privée et de droits civils. Dans le cas de ce cambriolage, le smartphone en question aurait pu appartenir à un voisin qui se tenait dans sa propre cour à côté de la maison de la victime. Il aurait pu être là pendant un certain temps après avoir entendu un bruit étrange, puis être retourné chez lui juste avant que l’appel au 911 ne soit fait. Dans ce cas, la police aurait obtenu les données d’un homme innocent et l’aurait peut-être emmené pour l’interroger sur la base de ces données. Cela finirait probablement sur un buvard de la police, ce qui ternit encore plus la réputation de cet homme.

Ce n’est là qu’un exemple hypothétique du danger que peuvent représenter ces méthodes.

Nouvelles MPR

L’article de MPR News mentionne également que la façon dont les policiers demandent ces mandats de perquisition inversée peut être source de confusion pour les juges. Par exemple, dans le cas mentionné ci-dessus, la police a demandé les données en donnant au juge les coordonnées GPS au lieu d’une carte. Lorsqu’un juge ne voit rien d’autre que des coordonnées GPS, il n’aura probablement pas vraiment une idée de ce qu’elles signifient. Mais si le juge a pu voir une carte et ainsi avoir une bonne idée de l’étendue du filet jeté par la police, il se peut qu’il ait hésité. Tel que mentionné précédemment, le juge n’a pris que 10 minutes pour approuver le mandat de perquisition inversée.

Enfin, dans le cas particulier de l’invasion de domicile dont il est question ici, la police n’avait même pas vraiment besoin d’un mandat de perquisition inversé : sans l’aide de Google, à partir des descriptions de véhicules et d’un informateur confidentiel, la police a réduit une liste de suspects sans utiliser les données de Google. Toutefois, les données de Google les aideront dans leur affaire et pourraient aider à déterminer si les suspects faisaient partie d’autres crimes dans la région.

Qu’est-ce que t’en penses ? Les mandats de perquisition inversée constituent-ils un outil précieux pour protéger le public, ou s’agit-il d’une violation de notre vie privée ? Faites-nous savoir ce que vous en pensez dans les commentaires.

SUIVANT : La nouvelle politique de permissions de Google pourrait paralyser l’application de sécurité populaire des travailleuses et travailleurs sexuels

vous pourriez aussi aimer