Facebook paie des gens pour installer une application invasive (Mise à jour : Fermeture des applications)

35

Mise à jour, 22 février 2019 (11 h 10 HE) : Peu après la publication de l’article original ci-dessous, Facebook a supprimé la version iOS de l’application de recherche Facebook, qui serait elle-même un clone virtuel de son application iOS Onavo Protect, déjà lancée sur Facebook.

A voir aussi : Oppo annonce Reno : Est-ce son prochain téléphone phare ?

Désormais, Facebook supprime toutes les applications de recherche non rémunérées de la boutique Google Play Store et met fin aux activités de collecte de données de l’application Onavo Protect (via TechCrunch). Onavo Protect – qui est également un VPN – restera sur le Play Store pour le moment pendant que les utilisateurs trouvent un remplaçant. Éventuellement, elle sera également retirée.

Nous espérons que Facebook a tiré des leçons de l’année écoulée en ce qui concerne les données des utilisateurs et la protection de la vie privée. À l’avenir, nous espérons que l’entreprise trouvera des moyens plus visibles de mener des études de marché.

A lire en complément : Xiaomi Mi 9 pratique : Flashy, pas difficile


Article original, 30 janvier 2019 (04:09 AM ET) : Facebook a connu une année 2018 tumultueuse, car l’entreprise a été confrontée à de nombreux scandales en matière de protection de la vie privée. Maintenant, il s’est avéré que l’entreprise a payé des gens pour installer un VPN afin qu’ils puissent avoir un accès presque illimité à vos activités.

D’après TechCrunchFacebook a payé jusqu’à 20 $ par mois aux utilisateurs qui installent une application Facebook Research sur Android et iOS. Cette initiative dite “Projet Atlas”, apparemment en vigueur depuis 2016, s’adresse aux utilisateurs âgés de 13 à 35 ans.

Les termes de l’application révèlent qu’elle collecte les activités et les données de votre application, l’historique de navigation sur Internet et les données des applications cryptées. En outre, un représentant de l’application de sécurité Guardian Mobile Firewall a déclaré à la prise Facebook pourrait également recueillir des messages privés dans les applications de médias sociaux, les messages et les médias des applications de chat, et votre emplacement. TechCrunch ajoute que Facebook a même demandé aux utilisateurs de faire une capture d’écran de leur historique de commandes Amazon dans le cadre de cette initiative.

Un clone d’une application interdite ?

Le VPN est apparemment similaire à l’application Onavo Protect de Facebook qui a été retirée de l’Apple App Store l’année dernière pour violation de la vie privée. Cependant, Facebook invite les utilisateurs d’iOS à charger latéralement l’application Facebook Research en déclarant que le réseau social est un développeur de confiance.

Quoi qu’il en soit, la recherche du point de vente a montré que l’application semble avoir beaucoup de références à l’application Onavo. En fait, le représentant de Guardian Mobile Firewall a déclaré que l’application partageait tellement de références à Onavo Protect qu’elle semblait être une ” construction mal rebaptisée ” : Editor

‘s Pick How to

update your Facebook privacy settingsNot too

long ago the Cambridge Analytica scandal surgit, as you’re remember I’m sure. Depuis, les gens sont devenus hyper-conscients de la mesure dans laquelle leurs renseignements personnels sont accessibles non seulement à Facebook, mais aussi à ….

L’entreprise aurait commandé une campagne publicitaire pour l’initiative sur Instagram et Snapchat, ciblant les jeunes de 13 à 17 ans. La campagne ne mentionnait pas Facebook mais, lorsque des mineurs tentent de s’inscrire, un formulaire de consentement parental révèle l’implication du réseau.

Être payé pour vendre votre vie privée semble être un échange raisonnable, mais cibler les enfants est discutable. Bien que la perspective de l’argent de poche ait pu attirer les adolescents – et leurs parents ont eu le dernier mot – nous venons tous tout juste d’appréhender la nature et les implications de la vie privée numérique. Le manque de sensibilisation dans ce domaine continue de mener les gens à des surprises – comme celle qu’ils ont accepté de laisser Google suivre leurs pas à travers la planète. Donc, si on ne peut pas dire que c’est de l’exploitation pure et simple, Facebook pourrait au moins bénéficier de la naïveté générale des personnes impliquées…

Un porte-parole de Facebook a confirmé qu’il utilisait l’initiative pour apprendre comment les gens utilisent leur téléphone et d’autres plateformes. Permettriez-vous à une entreprise d’accéder à votre téléphone et à vos données de navigation en échange d’argent comptant ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

SUIVANT : Rapport – La fidélité à iOS devrait bientôt dépasser la fidélité à Android

vous pourriez aussi aimer