Comment évolue le marché de l’immobilier ?

18

L’ année 2020 touche à sa fin, et cette année particulière n’a pas été sans conséquences sur le marché immobilier.

Un premier confinement au début de l’année, puis une seconde après le début de l’année aura laissé des traces, tant sur la santé du marché que sur les choix et les attentes des individus en termes d’investissement. Un petit aperçu d’une année très étrange sur chaque avion.

A lire aussi : Comment exclure un membre de la SCI ?

Agences immobilières — Une constatation sans appel

L’ année 2019 a été décrite comme exceptionnelle pour le marché immobilier, et 2020 même sans ce contexte exceptionnel n’aurait pas pu lui correspondre. Si nous faisons une petite rétrospective à la fin de l’année sur les faits saillants, voici ce que nous pouvons souligner : — En 2020, les ventes aux particuliers ont diminué de 16% par rapport à 2019 — Il y a une accélération des hausses de prix, en particulier dans les villes de plus de 100 000 habitants — Les marchandises avec extérieur ont été les plus touchées par cette augmentation des prix, un effet direct de tous ces mois de confinement. — Même si, à la fin du premier confinement, les agences immobilières espéraient une augmentation des ventes de maisons unifamiliales, cela n’a pas nécessairement été le cas. Les individus se projetaient pendant le confinement et regardaient beaucoup les annonces des petites maisons, mais il n’y avait qu’une seule intention à la fin, peu sont allés à l’action.

Le premier confinement a été mis en place de façon assez brutale, ce qui a entraîné une forte baisse de l’activité immobilière, surtout en avril. Le déconfinement a eu lieu dans l’euphorie générale, et les prix ont fortement augmenté. Même si l’activité a reculé, il convient de noter que « Fin septembre, l’activité avait diminué de 14% par rapport à 2019 » Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris-Ouest, spécialiste de l’économie immobilière.

A lire également : Qu'est-ce que Activités des sociétés holding ?

Marché immobilier : à quoi faut-il s’attendre en 2021 ?

L’ attractivité des villes secondaires a augmenté au cours de cette période, et il y a un fort pari que la tendance continuer l’année prochaine. Les individus ne veulent plus être surpris comme dans le premier confinement en mars, et cherchent surtout à s’éloigner des centres urbains, à opter pour des espaces plus grands (pour créer un bureau par exemple, ce qui devient une nécessité avec l’explosion du télétravail).

Vers de nouveaux critères d’achat ?

« Le confinement a exacerbé les différences dans l’environnement de vie des Français, dont beaucoup attacheront beaucoup plus d’importance à leur intérieur mais aussi beaucoup à l’extérieur avec le désir d’un jardin, d’un balcon, d’une terrasse… La jouissance d’un petit cadre verdoyant devient récurrente dans les demandes. » extrait de l’article Immobilier : Le désert français les métropoles ? Sept.2020 www.forbes.fr

Selon Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-Seloger, les prix de l’immobilier ne baisseront pas en 2021. Néanmoins, les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas, et les conditions d’octroi de prêts immobiliers sont très favorables à la première fois acheteurs.

Si vous souhaitez réaliser un projet immobilier pour 2021 basé sur l’expertise d’une équipe dynamique et motivée, vous pouvez contacter nos agences.

vous pourriez aussi aimer