Comment épilation integrale ?

4

Le nom du phénomène aléatoire, qui peut provoquer un accident vasculaire cérébral dans un endroit extrêmement inattendu où les mains et les ciseaux sont engagés, de sorte que, au contraire, nous pouvons profiter d’un moment de détente, un nom du plus explicite : « syndrome de salon de coiffure ». Sa rareté est indéniable, mais un Britannique de 45 ans est récemment devenu victime de ce qui n’a pas échappé à la presse, et, bien sûr, aux lecteurs qui sont inhabituels.

Lire également : Qu'est-ce qui augmente au 1er janvier 2020 ?

Très rare « syndrome de salon de coiffure » ou même « syndrome de salon de beauté » peut affecter n’importe qui et à tout âge

Le patient, Dave Tyler, a été hospitalisé pour un accident vasculaire cérébral (acronyme, qui est connu de beaucoup et signifie littéralement « accident vasculaire cérébral ») et a été surpris par une question du registre, au début vue, l’incongruence la plus complète. Pour revenir au fil du temps pour trouver les origines et les éléments qui pourraient être favorables à son AVC, on lui a demandé de répondre : « Avez-vous été chez le coiffeur récemment ? « Sa réponse était franchement affirmative (il s’est coupé les cheveux deux jours avant ce coup dramatique du destin). Dave Tyler, dont l’hospitalisation a été longue (3 mois), conséquences héréditaires spécifiques à l’AVC ischémique. Ils sont physiques dans ce qui est concerné : il bouge avec une canne et souffre d’une déficience visuelle. La responsabilité de la foire fut prise en compte à son initiative au niveau judiciaire, et il reçut une somme coquette de £90 000 en compensation.

A lire également : Quel est le montant du soutien familial ?

C’ est le temps du shampooing qui est crucial en termes de risques d’accident vasculaire cérébral : trop de pression. Être ce dernier

Le nom vient de la position spécifique de la tête pendant le shampooing de salon de coiffure. La position de la tête peut provoquer une compression due à une pression trop forte sur le cou, dont le résultat est un AVC ischémique maximal. Ce dernier est une conséquence du manque d’apport d’oxygène dans une partie du cerveau. Il se pose pour plusieurs raisons, y compris les deux suivantes : la conséquence de la thrombose (occlusion) de la carotide interne ou l’embolie cérébrale (migration d’un caillot ou d’un traumatisme graisseux). Bien qu’il soit très rare, ce syndrome est étudié, et depuis 2016, plusieurs cas ont été signalés dans les publications médicales. Le quotidien britannique The Times cite deux exemples, l’un à Poole (sud de l’Angleterre) en 2000 et l’autre en janvier 2014, à San Diego, aux États-Unis. Notre cas, qui s’est déroulé à Brighton, est donc le troisième cas.

Un cerveau, Pixabay — Tumisu Être ce dernier

Le nom vient de la position spécifique de la tête pendant le shampooing de salon de coiffure. La position de la tête peut provoquer une compression due à une pression trop forte sur le cou, dont le résultat est un AVC ischémique maximal. Ce dernier est une conséquence du manque d’apport d’oxygène dans une partie du cerveau. Il se pose pour plusieurs raisons, y compris les deux suivantes : la conséquence de la thrombose (occlusion) de la carotide interne ou l’embolie cérébrale (migration d’un caillot ou d’un traumatisme graisseux). Bien qu’il soit très rare, ce syndrome est étudié, et depuis 2016, plusieurs cas ont été signalés dans les publications médicales. Le quotidien britannique The Times cite deux exemples, l’un à Poole (sud de l’Angleterre) en 2000 et l’autre en janvier 2014, à San Diego, aux États-Unis. Notre cas, qui s’est déroulé à Brighton, est donc le troisième cas.

Un cerveau, Pixabay

vous pourriez aussi aimer